Ikéage 2017 : un début en beauté …

Et oui, me revoilà au Japon, plus particulièrement à Ojiya. J’y suis déjà depuis quelques jours, d’où l’impatience chez quelques-uns de savoir où restent les rapports.

Je me rends compte qu’il est agréable d’avoir des nouvelles ; vous pouvez entretemps aller voir les photos que j’ai mises sur notre page Facebook. Sachez toutefois qu’acheter des koi au Japon, se fait de plus en plus dans une ambiance de forte compétition et il faut agir vite pour obtenir les meilleurs koi. Heureusement j’y parviens toujours, mais il faut que je sois sur mes gardes pour donner trop d’informations, car il est évident je veux encore me procurer de bons koi, l’année prochaine.

Quoi qu’il en soit, passons aux faits.

Chez Yagenji on a récolté pas mal de koi ; dans les nisai je n’ai pas vraiment trouvé ce qui me plaît, mais je me sens heureux avec ce sansai karashigoi femelle de 64 cm. Ils sont très stricts, ce qui fait qu’ils n’ont laissé se développer qu’un seul sansai karashigoi ; croyez-moi : quand on observe ce body et cette tête, on voit tout de suite que l’on a affaire à ce que nous appelons, « un boenker ».

Les écailles montraient déjà un beau fukurin : c’est bien parti.

Ref 1710-003

Nous sommes aussi repassés chez Hiroi qui venait de sortir des sansai et un nombre de doitsu showa tellement beaux, inimaginable. Ce n’est évidemment pas donné et cela se comprend du fait que peu de poissons se développent à un niveau pareil.

J’en ai acheté 5, chacun a un style différent.

Un exemplaire ressemble plutôt à un doitsu showa, mais il s’agit bien d’un doitsu gosanke. Le sumi (noir) ressort bien chez les doitsu gosanke dans nos eaux européennes, ce qui signifie, croyez-moi, qu’il peut encore devenir un tout autre koi. Le body est très long pour des doitsu : plusieurs de ces koi peuvent aisément être présentés à un koishow. Jugez vous-même:

    

Ref 1710-021Ref 1710-022

       

Ref 1710-023 Ref 1710-024Ref 1710-025

Nous avons, par la suite, été voir à la première journée de la vente aux enchères chez Dainichi. Je n’y ai pas vu des koi qui pourraient m’intéresser ; j’ai passé mes offres à Matcho et suis encore été rendre visite à quelques éleveurs. Ce fut réellement une belle après-midi. J’en dirai plus, plus tard.

Matané,

Kim