Kim’s koi 18 et 19 octobre: des journées parfaites


Après une journée sans rapport, nous revoilà avec notre dose quotidienne de koi!

La récolte bat son plein: dans la matinée la plupart des éleveurs partent dans la montagne pour récolter. Quelque temps après, on voit descendre les  camions, avec leur chargement clapotant en route vers les serres pour y décharger leur cargaison précieuse.

Et, l’équipe de Kim’s Koi est à l’appel pour sélectionner le premier choix pour nos clients. Dans le passé il y avait le A -team , maintenant il ya le K-team J

Tout en n’oubliant pas les variétés traditionnelles, nous sommes en même temps toujours à la recherche de koi particuliers, moins communs. Aujourd’hui cette mission est vraiment réussie.

Un scoop : j’ai acheté pour la première fois un ki utsuri. Il est vrai que nous rencontrons cette variété fréquemment, mais, avouons-le, ces poissons ne sont , dans la grande majorité,  pas jolis et d’une moindre qualité.

Le ki utsuri qui a retenu mon attention, venait d’être récolté. Il s’agit d’un sansai femelle et Otsuka ne pouvait s’empêcher de jurer quand je lui disais que je tenais à l’acheter. On arrive ensuite à un accord pour un sansai akame ( yeux rouges) kigoi,  un ”showclass” doitsu sanke, un  ki utsuri -entamant un peu  moins nos finances- et un goshiki showa  tout-à-fait particulier (un candidat au titre de  most unique koi) .

A la  Hiroi-koifarm on est aussi en pleine récolte de nouveaux nisai. Leurs nisai peuvent être qualifiés de “plutôt costauds”, avec une taille moyenne d’environ  45cm!

Dans le bac avec leurs nisai de meilleure qualité, nous sélectionnons 1 ginrin goshiki, 1 goshiki, 1 showa et 1 ginrin showa , au joli ginrin et au motif unique. Toutes des exemplaires femelles!

Finalement, nous y sélectionnons un nidan  ginrin goshiki mâle.

En vraie finale, nous montons, au sens littéral et figuré, dans la montagne, voire les nues.  Yagenji a récolté ce jour même des  yonsai ( 4 ans). Tout comme l’année passée, on y voit de splendides ginrin yamabuki.  Nous sélectionnons les trois meilleurs, au super body et au fukurin prononcé, d’environ 65cm. Choisir n’est pas facile, même difficile, très difficile, pour ne pas dire, impossible: donc tous en route vers Kim’s J

Mais ce n’est pas encore fini : un  yondan kohaku nous tape, ainsi que notre guide Matcho, né, nourri et éduqué dans le monde koi,  à l’oeil. Matcho nous explique que ces koi possèdent un beni intéressant et qu’ils sont toujours en plein développement.

Le prix en est élevé, mais correct: encore un ticket pour la Belgique!

Je sais, on est un peu dingue, mais ça ne fait pas encore mal!

Mata ashita!

Kim’s Koi: Nisai female showa from Kim Cloet on Vimeo.

Kim’s Koi: nisai female gsohiki from Kim Cloet on Vimeo.

Kim’s Koi: nisai, female ginrin showa from Kim Cloet on Vimeo.

Kim et Danny

 

Kim’s koi Lundi, 15 octobre 2012

Faisant d’abord escale à Paris, nous arrivons après un vol de 11 heures au Japon.
Pour le vol vers Narita , nous avions cette fois-ci droit à  un Airbus 380 impressionnant, wow!
Si les koi que nous allons voir au courant des  jours à venir, sont tout aussi ‘jumbo’, nous avons visé dans le mille…

Il fait un temps radieux à Tokyo qui tient toujours quand nous arrivons quelques heures plus tard à Nagaoka. La seule chose qui manque pour que ce soit vraiment une journée parfaite, ce sont de beaux koi.

 

 

Nous partons de la gare de Nagaoka directement vers le premier éleveur, où nous allons inspecter quelques koi que nous avons fait mettre de côté.
Deux d’entre eux sont trop beaux, pour les laisser sur place; nous arrivons donc à notre premier accord.
1 nisai ginrin goshiki femelle , taille 40-45cm

 
1 ginrin kohaku  femelle, taille 40-45cmLes deux proviennent de la Hiroi koifarm.

Etant donné que nous sommes arrivés tard dans l’après-midi, il commence à faire noir.
Nous jouissons du coucher de soleil, dans la certitude que de belles et de passionnantes semaines s’annoncent!

Mata ashita!

Voyage au Japon octobre 2011, jour 10 kim’s Koi

23 octobre 2011

“ Les hommes en blanc”

Cliquez sur la photo pour l’agrandir

Comme chaque année, nous assistons à l’ikéage de la Oyakoifarm.
A cette occasion, nous nous habillons tous du t-shirt de cette farm.

Matcho trouve que c’est vraiment dingue, tandis que Taro garde, comme toujours, la concentration voulue et le cool requis pour mener la récolte à bonne fin.

Dans l’étang, nagent environ 90 jumbo nisai , presque tous des sanke, d’une taille moyenne de 50cm. En les sortant, les koi sont, comme de coutume, subdivisés par sexe et par qualité.
Pour nous, c’est une expérience enrichissante. Nous constatons de nos propres yeux qu’il n’est pas aisé pour les éleveurs d’obtenir quelques exemplaires “parfaits”.

Finalement, nous achetons ici un azukarigoi ( koi qui continuent leur développement au Japon) , pour un client qui ne veut que des koi de haute gamme dans son étang.
Félicitations, K-san

Par après, nous faisons un tour par le Ojiya koi show, un show local, organisé par me ministère de l’agriculture.
Quelques koi nagent, comme chez nous en Europe, dans des bassins bleus amovibles, mais la plupart passent en revue à l’intérieur d’un sac en plastic. Pas évident du tout.
Le grand champion est un sanke colossal de la Dainichi koifarm.


Pour plus d’informations et de belles photos, nous vous renvoyons au site de Mark Gardner, en cliquant ce lien:
http://www.niigata-nishikigoi.com/node/1399
Ci-après des photos -dont quelques-unes prises à la Hiroi -koifarm- que j’avais oublié de placer sur le site. Tous ces koi sont des nisai de 40 à 48cm.

Nisai doitsu hi showa:

Nisai doitsu kindai showa:

Ginrin sandan goshiki:

Ggoshiki, d’un très joli brun:


Kim’s Koi selection of nisai in Hiroi from Kim Cloet on Vimeo.

Shiro bekko:

le même koi + ginrin shiro bekko et goshiki

mix kumonryu, doitsu showa, ginrin showa, ginrin goshiki
 

Il nous reste que deux jours!